Khôl parfumé de Pline

Nouveau sur la boutique, un authentique khôl d’après une recette antique que j’ai décidé de refaire. C’est une recette trouvée chez Pline l’Ancien, assez évasive dans ses étapes comme dans ses proportions et dont il m’a fallu retrouver la logique. Elle est faite sur base de noyaux de dattes, un ingrédient loin d’être rare au Maghreb, dans les recettes de khôl artisanal maison. Au Maghreb, bien souvent, les cosmétiques sont faits par les femmes, pour les femmes, d’après des recettes traditionnelles d’une grande ancienneté. Ces recettes, très locales, mêlent produits ordinaires de l’environnement et plantes à parfum brutes sans autre ajout. Et chaque région, chaque femme peut avoir sa recette, utilisant minéraux, végétaux, auxquels on peut ajouter une épice légèrement piquante pour assainir le blanc de l’oeil et le rendre ainsi plus beau.

La recette de Pline, qu’on retrouve d’abord chez Dioscoride, est 100 % végétale, loin de la galène et de l’antimoine – oxydes de plomb qu’on retrouve dans les khôl depuis les débuts de la médecine égyptienne et qu’on continue de retrouver au Maghreb, mais dont la toxicité est bien attestée par divers empoisonnements et intoxications -. Un problème qui demeure, dans un contexte de tradition et d’absence de normes sanitaires et de sécurité. Les recettes de beauté ou les remèdes médicinaux traditionnels d’Afrique peuvent en effet remonter à des millénaires, comme le démontrent les recettes encore utilisées aujourd’hui en Egypte, et qu’on trouve presque à l’identique dans les papyri égyptiens de médecine.

L’autre particularité de cette recette est d’être parfumée. Un détail qui peut n’être pas perçu par un nez moderne, notre capacité à faire des parfums ayant bien changé, et notre rapport à l’odorat également. A l’époque, pas d’huile essentielle, on parfume au nard, une sorte de valériane qui pousse dans l’Himalaya et qui est venu enrichir les matières premières constituant les parfums du monde méditerranéen à la suite de la conquête de l’Inde par Alexandre. Une senteur puissante qu’on retrouve mentionnée dans la Bible, et plus particulièrement dans une scène de la vie de Jésus, mais qui, dans ce khôl, passe plutôt inaperçue.

IMG_0233

Une indication temporelle pour cette recette qui ne se pratiqua donc qu’à partir de l’époque ptolémaïque, dynastie de Cléopâtre, et pourquoi pas une indication spatiale – du côté de l’Egypte, justement. L’utilisation du noyau de datte dans d’autres khôl artisanaux algériens retrouvés dans des livres contemporains de secrets de beauté d’Orient tendrait justement à lui supposer une origine nord africaine.

Sachant que cette recette n’est pas décrite de façon intégrale, j’ai décidé d’en faire un khôl potentiellement liquide. Pourquoi potentiellement ? Parce qu’au Maghreb, le khôl est utilisé sec. On l’applique dans son oeil à l’aide d’un bâtonnet et sert bien souvent à ne provoquer qu’une ombre discrète et un regard plus intense le lendemain de son application. Un emploi du khôl finalement tout en nuance..

En revanche, en Egypte antique, la présence de cuillère à fard parfois très sophistiquées dont les historiens ne savent pas toujours trop à quoi elle servait, doublée de la représentation  des yeux cerclés de noir bien marqués qui nécessitent un tracé plus précis semblent orienter vers l’utilisation assez probable d’un khôl liquide.

Cuillère fard 2

Une goutte d’eau dans une pincée de fard mélangée dans un coquillage – réellement utilisé comme cuillère à fard en Grèce, comme on peut le voir au Musée archéologique d’Athènes – suffit à changer la matière du mélange. Il est possible de ré-humidifier après séchage pour retrouver la même texture et faire de nouveau un tracé précis.

IMG_0235

C’est donc un authentique khôl de l’Antiquité que vous pouvez retrouver dans la boutique du Labo, réalisé dans ses étapes mentionnées chez Pline et Dioscoride, dont la recette circulait déjà de façon certaine au 1 er siècle de notre ère, il y a donc 2000 ans.

Il est important de noter que cette recette et ce produit sont avant tout historiques et de collection, vous permettant de découvrir physiquement et dans ces aspects réels, un cosmétique de l’Antiquité, mais qu’il n’est lui-même pas considéré actuellement comme un cosmétique, et n’est donc pas conçu pour la peau. Il est le résultat d’une reconstitution historique et n’a donc été testé que par moi et quelques proches. Le Labo de Cléopâtre décline toute responsabilité en cas d’utilisation sur la peau.

IMG_0175

Cet article et ces photos sont la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur.

Publicités

Mémoire sur la composition du khôl

Pour les plus courageux et courageuses, un mémoire algérien en français pour l’obtention du master de génie chimique ayant pour objet d’étude la composition du khôl et les moyens d’y repérer la présence de plomb.

Pas besoin d’être diplômé en chimie pour comprendre l’enjeu d’un tel mémoire de recherche sur la formulation des khôls contemporains dans les pays du Maghreb, d’Asie et du Moyen-Orient qui dérive des khôls anciens, traditionnellement à base de plomb depuis la plus ancienne Antiquité égyptienne.

Au travers de l’introduction, des analyses et des résultats, ce sont plusieurs khôls achetés dans différents commerces en Algérie dont le taux de plomb et ses causes sont analysés. D’un point de vue sanitaire, il est évident que la présence du plomb est importante pour les risques de saturnisme qu’elle induit, plus fortement encore sur les plus jeunes. Mais pour les Musulmans, l’enjeu est également spirituel puisque leur prophète lui-même a recommandé l’utilisation du khôl, au minimum comme soin, lui-même l’utilisant avant d’aller dormir, pour bénéficier de ses bienfaits.

Comment un croyant pourrait-il ne pas se fier aux paroles de son prophète et ainsi ne pas risquer de s’empoisonner toujours un peu plus en croyant faire un  acte pieu quand son khôl est toxique ?

On voit que les problèmes soulevés par le khôl vont bien au-delà d’un simple maquillage frelaté par des formulateurs peu scrupuleux mais concernent le lien d’un peuple avec son histoire, sa tradition, son chef spirituel et la confiance qu’on peut mettre en ses paroles.

Ce sont ces problèmes contemporains mais dont les racines remontent loin dans le passé que tentent de résoudre dans ce mémoire de recherche universitaire MM. Saha et Alia.

Mémoire : Etude de la composition chimique du khôl…

Cet article et cette photo sont la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur.

 

Le khôl, mythe et réalité

Le khôl est un produit de maquillage noir en poudre qui possède un très grand pouvoir de fascination dans l’imaginaire collectif et ce pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il est le premier fard connu de l’histoire et que nous y avons été sensibilisés par les oeuvres d’art égyptiennes représentant toujours des gens qui en portaient. D’autre part, en plus d’être esthétique, ce produit de maquillage était aussi un collyre, une préparation médicale destinée à soigner ou à protéger les yeux dans un environnement qui le nécessitait. Yeux agrandis, embellis et soignés en même temps : il n’en fallait pas plus pour impressionner les autres civilisations qui ne l’avaient pas créé.

Mais le khôl inventé par les Egyptiens impressionne aussi les scientifiques d’aujourd’hui car il présente certainement le premier processus chimique dans un but médicinal : la production synthétique de laurionite, dérivée de la galène en réalité très rare dans la nature et qu’ils obtenaient au bout d’un lent processus d’un mois. Or, la galène, composée de plomb, est évidemment toxique sans ce procédé complexe qui lui permet de « perdre toute sa causticité« , selon les termes de Dioscoride, médecin grec qui en a révélé le procédé. La laurionite ainsi synthétisée devient alors non seulement inoffensive, mais de plus protectrice, apte à activer les défenses immunitaires, d’où son emploi dans le khôl devenu beaucoup plus que du simple maquillage et justifiant ainsi son importance dans les papyrus médicaux traitant de maladies oculaires, comme le célèbre Ebers.

Ce premier khôl, impressionnant par la technologie vieille de plus de 4000 ans et pourtant pointue dont il est issu, est un peu l’arbre qui cache la forêt. Dans son article « le khôl, médicament oculaire de l’Antiquité à nos jours », Michel Faure nous explique en effet que le mot khôl a tout autant désigné le collyre noir, la façon de l’appliquer, toutes sortes de collyres secs aux compositions très différentes, mais aussi la galène, l’antimoine et le charbon. De la même façon, selon qu’il est vendu dans un pays où les contrôles sanitaires sont stricts et que la législation interdit l’emploi de substances toxiques tels que la galène et l’antimoine – ingrédients pourtant traditionnels du célèbre fard – le khôl ne désigne pas le même produit dans ses actifs comme dans son innocuité. Ainsi, au Maghreb, en Asie, et au Moyen-Orient, de nombreux khôls contiennent une proportion de plomb qui, parfois non négligeable, provoque souvent des empoisonnements même chez les enfants en bas âge et est devenu une préoccupation de santé publique parmi les communautés héritières de cette tradition.

Car effectivement, mettre du noir sur ses yeux pour les agrandir et faire plus joli comme nous le faisons en Occident, ou en mettre pour soigner ses yeux et éloigner le mauvais oeil, ce n’est pas le même acte culturel. Dans le premier cas, seule une femme qui veut s’embellir en mettra, et dans le second, ce sera toute la famille qui aura, de plus, la fierté d’obéir à la tradition et de faire un acte sanitaire et rituel. Car il faut le reconnaître: le khôl est un produit aussi historique que culte dont n’importe quelle personne serait fière si elle l’avait dans sa culture, comme on est toujours fier du produit national que le monde entier admire et nous envie. Mais c’est aussi ce qui va inciter à la fraude d’un côté et la naïveté de l’autre…

Le plomb, en effet, provoque le saturnisme et hormis la couleur noire, le khôl des anciens Egyptiens semble ne rien avoir de commun avec le khôl d’aujourd’hui qui ne se fait certainement pas en un mois en respectant toutes les étapes rigoureuses pour créer la laurionite de synthèse. Autrement dit, ce qu’on appelle khôl est soit un cosmétique destiné uniquement au maquillage qui peut être soit inoffensif dans un contexte de législation stricte et de contrôle rigoureux, soit potentiellement dangereux par la présence de plomb dans un contexte moins rigoureux. Ou, au contraire, cela désigne l’ancien produit cosmétique des Egyptiens qui savaient soigner et embellir en transformant un métal toxique en un produit soignant et protecteur mais qui n’existe plus. Les uns et les autres ne doivent pas se confondre car hormis la fonction d’un maquillage noir pour les yeux, ils n’ont rien de commun.

Qu’on y réfléchisse dans un contexte de santé publique : d’un point de vue éthique, qui accepterait de risquer d’empoisonner une personne avec du plomb sous le prétexte que, théoriquement, sous forme de laurionite, il devient protecteur ?

Ainsi, le souvenir du vrai khôl égyptien antique nous met face à un dilemme moral qui nous oblige à rester dans les limites de la spéculation et des théories pour les uns, dans la confiance aveugle et dangereuse pour les autres… IMG_6385.JPG

Plus sur ce passionnant sujet :

Le khôl égyptien et médecine traditionnelle

le khôl, médicament et fard oculaire de l’Antiquité à nos jours

( Photo à la Une : Boîtes à khôl des Antiquités égyptiennes du Louvre; boîte à khôl, galène et poudre de khôl contemporains provenant d’Asie et du Moyen-Orient )

Cet article et cette photo sont la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur.