Parfums antiques du Labo

Dans ma boutique, ce sont les parfums par la fumée qui sont le plus représentés et les plus achetés dans le monde, au point que le Labo de Cléopâtre paraît presque être une boutique d’encens et de kyphis.

Pourtant, il n’en est rien. Ce qu’il a fallu de travail artisanal pour suivre une recette de parfum huileux d’il y a 2000 ans se voit concrètement dans le résultat obtenu, qui ne s’acquiert que par l’expérience. Le parfum huileux antique est non puissant, potentiellement instable car sans conservateur, donc sensible à la lumière et réactif à la chaleur, comme s’il était vivant.

La semaine dernière, partant du constat que les bouchons de liège des petites bouteilles anciennes n’étaient pas imperméables, cela a été l’occasion pour moi de quelques refontes de conditionnements et autres changements vers plus ou moins d’authenticité ou d’aspect pratique.

Sur la formulation, pas de changement, les recettes restent celles de l’Antiquité. Par contre, sur les conditionnements, on passe d’une bouteille à la forme et au bouchon ancien comme sur cette photo…

IMG_1115

…à une autre à un design plus moderne mais au bouchon parfaitement hermétique.

IMG_9109

Autre nouveauté : cette uniformisation m’a contrainte à des choix auxquels j’avais renoncé et qui pourtant sont exactement ceux de l’Antiquité : teinter les parfums, comme on le voit dans l’image à la Une, dans le parfum mycénien reconstitué du Musée archéologique d’Athènes. Les textes anciens mentionnent effectivement ce fait : les parfums étaient généralement colorés en rouge, comme un symbole de surcroît de vie dans une couleur sanguine. Les bouteilles toutes uniformes, sans possibilité de les distinguer entre elles, m’ont donc portée naturellement vers ce choix qui conduit à plus d’authenticité, mais aussi de beauté : la coloration de certains parfums avec des colorants végétaux naturels.

– Parfum antique fenugrec

Voici donc le parfum de rose avec l’ancien flacon

IMG_1111

Et le même jus avec le nouveau flacon

IMG_9179

– Parfum antique rose

Ces changements ont également été l’occasion de mettre pour la première fois en boutique le parfum de Cléopâtre, celui que j’avais fait et pour lequel j’avais ensuite écrit le livre qui m’a par la suite fait entrer dans le monde des senteurs antiques. C’est le seul qui soit fait avec des huiles essentielles de l’industrie moderne et non par des moyens techniques anciens d’enfleurage long. Il a néanmoins été réalisé en respectant au plus près les consignes de la recette du détergent en l’adaptant pour en faire un parfum huileux. Une odeur particulière à laquelle je suis accoutumée depuis que je l’ai ressuscitée en 2015. J’ai également coloré ce parfum.

IMG_9168

– Parfum cosmétique de Cléopâtre

Dans la catégorie des parfums huileux, seule l’huile de kyphi n’a pas connu de changements. Produit phare de la boutique et seul parfum à ne pas avoir existé dans l’Antiquité, sa fonction de parfum d’onction des outils sacrés et personnels reste malgré tout traditionnelle, chaque utilisateur sachant ce qu’il demande à son huile de kyphi.

Huile de kyphi

– Huile de kyphi

Enfin, derniers apparus, les pendentifs parfums primitifs, qui cumulent la fonction de bijou et de micro parfum civilisationnel. Le parfum, en effet, pour les Anciens, c’était d’abord l’odeur de la matière première brute, voilà pourquoi il est beaucoup question de couronnes, dans les textes antiques, notamment l’Anthologie palatine – compilation savante d’extraits de textes anciens – mais aussi dans les dialogues philosophiques, les buveurs arrivant généralement avec l’une d’entre ces couronnes parfumées aux vertus médicinales, notamment pour dissiper l’ivresse à venir.

J’ai donc décliné des parfums primitifs en égyptien, le bleu, au labdanum et lotus : IMG_9099

– Pendentif parfum primitif égyptien

Le Perse, en rose, au galbanum et rose ancienne

IMG_9097

– Pendentif parfum primitif perse

Le celte, vert, 100 % chêne et mousse de chêne. Le seul vraiment local et qui fut sans doute effectivement notre premier parfum historique.

IMG_9095

– Pendentif parfum primitif celte

Enfin, si vous voulez un aperçu de la boutique entière, ça se passe juste ici.

Cet article et photos sont la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur. !

 

Publicités

Zoom sur le parfum de Cléopâtre

 

  • Le parfum de Cléopâtre, qu’est-ce que c’est ?

C’est l’adaptation en parfum huileux d’un authentique parfum attribué à Cléopâtre dans le Kosmétikon, le livre de cosmétiques de la grande reine d’Egypte dont quelques recettes seulement sont parvenues jusqu’à nous grâce aux médecins de l’Antiquité et que vous retrouverez ici. Je vous donne la recette originale de Cléopâtre et les recettes adaptées de celui-ci dans mon livre destiné à vous apprendre comment faire vous-mêmes ce parfum ou d’autres recettes adaptées le plus fidèlement possible de la recette de Cléopâtre.

  • Est-il vraiment composé à partir de la recette de Cléopâtre ?

Oui, mais il a subi des changements par rapport au produit de base :

  • C’est un parfum huileux ( dans l’Antiquité, il n’y avait pas de parfum à l’alcool, donc j’ai choisi cette option pour plus d’authenticité ) alors que le produit original est une poudre parfumée faite d’un mélange de plusieurs plantes et d’un minéral, un siccatif. Il faut néanmoins savoir que ce type de parfum existait sous le nom de « diapasma ». Je l’ai reproduit lui aussi et vous le propose également dans mon livre : c’est lui le vrai parfum de Cléopâtre !
  • Certains ingrédients ( 4 sur 10 ) ne sont pas trouvables tels que mentionnés dans l’Antiquité : l’un d’entre eux existe toujours mais se trouve dans la nature dans un milieu particulier mais ne fait l’objet d’aucune vente, 2 n’existent que sous des formes proches mais pas identiques et un est l’objet d’une interprétation autorisée par les auteurs de l’Antiquité, le produit prêtant son nom à plusieurs plantes.
  • Pour en faire un parfum acceptable, il a fallu respecter les règles de la pyramide olfactive du parfum équilibré : 20% de notes de tête, 30% de notes de coeur, 50% de notes de fond. Bien entendu, dans la recette en poudre que je vous donne également et qui est plus conforme à l’original, ces considérations n’ont pas lieu d’être !

 

  • Qu’est-ce que ça sent le parfum de Cléopâtre ?

Ca sent bon, c’est déjà une bonne nouvelle. Mais surtout, ça sent quelque chose d’unique, d’antique, de profond. Ca sent un oriental puissant auquel se mêle malgré tout un peu de légèreté. Par contre, ça ne sent rien de ce que vous connaissez. A noter d’ailleurs que le parfum égyptien ancien possède des valeurs inversées à celles des parfums d’aujourd’hui : le fleuri et le léger était destiné aux hommes, le parfum puissant, boisé et résineux était réservé aux femmes.

C’est un parfum conforme à l’idée qu’on se faisait de Cléopâtre : une reine féminine à l’âme forte, presque virile sans pourtant en franchir la limite, comme son parfum !

  • Comment l’obtenir ?

Formée à la recherche en littérature, c’est sur la base d’une traduction en grec des recettes de Cléopâtre d’un mémoire de maîtrise sur les fragments du Kosmètikon ( mis en lien plus haut ) et de connaissances en cosmétiques « maison » que j’ai recréé autant que possible le parfum de Cléopâtre et autres dérivés de la recette originale de la célèbre reine d’Egypte. Les recettes sont protégées par les droits d’auteur mais vous pouvez  les reproduire pour vous-mêmes, si vous le souhaitez, sur la base de mon livre vendu en e-book ou imprimé, selon votre préférence ou votre budget.

  • Comment suis-je assurée de l’authenticité de la recette ?

Par sa provenance, d’abord. Le mémoire d’Anne-Lise Vincent d’où elle provient est un travail de recherches universitaires qui a fait l’objet de plusieurs lectures, contrôles par des spécialistes et d’une soutenance. Cela veut dire que l’étudiant chercheur ne peut pas écrire n’importe quoi, et doit sans cesse justifier ses sources qui se doivent d’être incontestables. Ici, les auteurs de médecine antique dont les fragments proviennent ( Galien, Aetius d’Amide…) sont des références classiques. Par ailleurs, un papyrus confirme l’authenticité des recettes et les attribue à quelqu’un qui répertoriait les recettes de la reine..

Les ingrédients utilisés sont conformes à ce qui était employé au premier siècle avant J-C, époque de Cléopâtre, et surtout, étaient trop luxueux pour pouvoir être utilisés par quelqu’un d’autre qu’une reine. En effet, les nettoyants se concevaient avec des ingrédients beaucoup plus simples, et surtout, n’étaient pas composés de plantes aussi odorantes et chères que celles qu’on retrouve dans le parfum de Cléopâtre. Il faut d’ailleurs savoir que les ingrédients dont on faisait des parfums venaient presque tous d’Inde ou d’Arabie, ce qui les rendait pratiquement inaccessibles au commun des mortels.

  • Est-ce que le parfum est facile à faire ?

Très facile ! Sur une base d’huile végétale, vous ajoutez les huiles essentielles des plantes employées dans la recette originale, vous ajoutez une goutte d’anti-rancissement pour faire durer votre parfum et vous obtenez un parfum issu d’un authentique cosmétique de Cléopâtre 100 % naturel et particulièrement délicat.

Sur cette base parfumée, vous pourrez également faire un gel cheveux et corps puisque j’en donne également la recette.

  • Attention : cette recette est à base d’huiles essentielles. Si vous y êtes sensibles, êtes allergiques ou avez le moindre problème de santé, cette recette n’est pas pour vous. En revanche, la poudre parfumée dont je donne aussi la recette et la méthode de fabrication dans le livre est plus conforme au parfum de Cléopâtre et vous conviendra parfaitement.
  • Mais vous pouvez aussi acheter cette poudre parfumée puisque je la fabrique artisanalement et la vends sur la boutique Etsy du Labo de Cléopâtre.)
  • Vous trouverez mon e.book  » Réalisez un vrai cosmétique de Cléopâtre »pour réaliser ce parfum ici, la version papier ici

(Photograhie : coffret aux huiles essentielles servant à composer le parfum de Cléopâtre. A sa gauche, l’huile de base, le conservateur empêchant l’huile de rancir, le flacon pour composer le parfum. Devant le coffret, la pipette servant à mettre les ingrédients dont les flacons ne comportent pas de compte-gouttes. A droite, le parfum final, mis en bouteille dans un authentique flacon égyptien.)IMG_4012

Cet article et cette photo sont la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur.