Cosmétiques antiques : une notion relative

Si aujourd’hui nous nous intéressons aux cosmétiques antiques, ça peut être pour des raisons très variées, mais généralement, c’est la curiosité historique qui est à la base de cet intérêt. Un historien, un chimiste, un pharmacien, une esthéticienne possèdent des clés pour comprendre plus ou moins la raison d’être d’un produit de beauté ancien. C’est moins le cas pour le grand public à qui on propose depuis plus d’un siècle des produits industriels pour tous les budgets, bardés néanmoins de multiples brevets et obligatoirement testés en laboratoires.

L’offre de ces produits cosmétiques industriels est considérable et cible toutes les portions du marché, allant de produits de marques luxueuses et historiques aux marques discount, bio, pharmaceutiques, voire à la simple vente de matières premières pour réaliser ses propres cosmétiques. Et tous ces produits peuvent bénéficier des dernières recherches technologiques en terme d’actifs, mais aussi de besoins réels de la peau, grâce, par exemple, aux soins cosmétiques calqués sur votre test ADN, que vous pouvez vous offrir pour plusieurs milliers d’euros : test ADN cosmétiques.

Oui, mais ailleurs ?

Dans le magazine Gala du 11 novembre 2015, un fascinant dossier Beauté propose un tour du monde des « rituels et produits de tous les continents », et force est de constater qu’en matière de cosmétiques, les pays ne se ressemblent ni en termes de goûts, sensibilités, ni en termes de capacités et d’offres. Et si la Corée sur Sud est à la pointe de la technologie cosmétique, que les USA et le Japon tiennent aussi les meilleures places, les femmes des autres pays consomment plutôt des produits français ou occidentaux en lesquels elles ont confiance. Mais ça, c’est quand elles ont un très bon niveau de vie.

Car d’une façon générale, en Namibie, au Maroc, chez les aborigènes d’Australie, à Hawaï, en Inde, ou de façon plus étonnante, en Russie, ce sont les recettes de beauté traditionnelles qui sont encore employées. Des recettes dans lesquelles on trouve des graisses animales ou végétales, des végétaux, de l’eau, des minéraux qu’on mélange selon la recette et les besoins, et qu’on applique une fois réalisés. Pas de produits chimiques, pas de produits industriels, pas de conservateurs.

Les cosmétiques de l’Antiquité ne différent absolument pas de cette formulation dans leur composition. L’antiquité, la caducité d’un produit quel qu’il soit peuvent être moins une question d’efficacité que de niveau de vie, d’offre, de demande, de mode ou de puissance économique, etc. Pour preuve, dans l’article consacré aux Himbas, tribu de Namibie, le magazine Gala révélait que des grandes marques comme Esthée Lauder et Yves Rocher récoltent et traitent désormais certains des végétaux que les femmes Himbas emploient elles-mêmes dans leurs soins.

( Photo à  la Une : recette traditionnelle de beauté des Himbas, tribu de Namibie, réalisée par Kaveavehe dans le Gala du 11 novembre 2015 )

Cet article est la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de le reproduire sans l’autorisation de son auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s