Etuis à khôl de l’Antiquité

Au département Antiquités égyptiennes du musée du Louvre se trouvent de petites vitrines très intéressantes quand on s’intéresse aux cosmétiques antiques, ce sont celles consacrées à l’hygiène et à la beauté.

On y trouve divers objets servant à la mise en beauté comme des bijoux, miroirs, pinces à épiler, rasoirs, etc…Il y a aussi les cuillères à fard, diverses boîtes et vases, parfois encore scellés, mais dont l’utilisation n’est pas très claire.

Et puis, il y a les étuis à khôl en divers matériaux : os, ivoire, ébène, or, faïence, verre qui, comme les autres objets, ont parfois près de 4000 ans, offrant une diversité et une originalité de design à peu près identique à celles que nous déployons aujourd’hui pour les parfums.

Enfin, parfois, avec le glamour en moins. Car si les étuis à khôl en forme de palmier ou de colonne nous inspirent,

img_3352

les formes de monstres laids et ventrus nous font mesurer l’écart culturel qui existe entre nos pratiques de maquillage et celles des Egyptiens de l’Antiquité.

img_3356

On trouve également des boîtes ayant contenu plusieurs fards avec le nom de ceux-ci pour ne pas les confondre et le bâtonnet inséré pour les appliquer.

img_3350

Impressionnant, non ?

Oui, mais…

Quand on s’intéresse çà tout cela, on trouve qu’il manque plein de choses.

Le geste, l’usage ? Le musée ne peut les offrir et c’est normal.

En revanche, on ne voit pas à quoi ressemblent les pointes de ces bâtonnets, puisqu’elles sont insérées à leur place. Etait-ce un étui neuf ou a-t-il été utilisé ?

Une autre chose importante à laquelle nous ne pensons pas assez, c’est l’odeur. Un objet en bois, ça sent. Les matières organiques dont il est composé ou qu’il a côtoyées, le produit qu’il contient ou contenait, tout cela possède une odeur. Toutes ces senteurs nous donnent une foule d’informations en même temps que des sensations, des dimensions très importantes pour toutes celles qui aiment les cosmétiques et la beauté autant que pour les seuls historiens et conservateurs…Mais derrière une vitrine, cela ne sent rien pour le visiteur…

Enfin, dernier point et non des moindres : dans ces étuis à khôl, il reste du produit.

Un produit qui demeure caché, sur lequel – en tous cas la dernière fois que j’y suis allée – on ne propose aucune photographie, dont on ne connaît ni la couleur ni la texture, mais dont il y a plus de 5 ans, les chercheurs ont fait l’analyse chimique ici en employant tout un tas de machines compliquées.

Honnêtement, chers conservateurs, vous avez fait subir une impressionnante batterie d’analyses pour déterminer la composition exacte du khôl contenu dans ces boîtes conservées au musée – et à moins que ça n’ait déjà été fait entre temps – ce serait possible d’afficher juste une petite photo du contenu de ces boîtes pour les visiteurs ?

Cet article et ces photos sont la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur.

Publicités

3 réflexions sur “Etuis à khôl de l’Antiquité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s