Parfums des rois de France

Un aspect évidemment négligé de l’histoire de France aujourd’hui, c’est son lien très étroit avec les parfums. Une situation en réalité commune aux histoires impériales de nombreuses autres cultures, car parfum, royauté et religion sont culturellement et rituellement mêlés depuis le début de la civilisation et dans beaucoup d’endroits du monde.

Il faut dire qu’avant de devenir chimiques, les parfums en Occident conservaient un lien culturel direct avec l’Antiquité. Les parfums en lien avec la religion et le sacré, voire avec la médecine, n’ont ainsi pas beaucoup évolué avec l’apparition du christianisme.

A Reims, cathédrale dédiée au sacre des Rois de France, consacrer un monarque se faisait – et se ferait encore si nous n’étions pas une république – au moyen d’une ampoule d’huile sacrée remontant au Moyen-Age le plus reculé et qui servit à consacrer tous les rois du pays. L’acte de parfumer occupe dans l’histoire occidentale en lien avec la religion chrétienne, celui du baptême, de la désignation et de l’officialisation, aussi bien dans le monde sacré que le monde profane puisque dans le sacre du roi comme dans la désignation du messie, il y a l’action d’oindre. Messiah en hébreux et Christos en grec signifient ainsi tous 2 oint d’onguents odorants. Il n’y a donc rien d’illogique à ce que le futur roi de France accède à la royauté à partir de l’acte d’être parfumé avec un onguent parfumé.

Un usage qui remonte au début du Moyen-Age, où, d’après Jacques de Voragine dans sa Légende dorée, le Saint-Esprit descendit en personne sous la forme d’une colombe pour apporter l’ampoule de saint Chrême qui baptisera Clovis, et désormais tous les rois de France à venir.

Une hypothèse plus historienne proposée à la cathédrale suggère plutôt l’usage oublié des onguents dans les rituels mortuaires romains, que la présence d’un balsamaire dans le tombeau de Saint-Rémi institutionnalisa comme huile d’onction sacrée pour désigner le nouveau roi. Une hypothèse assez probable quand on songe au nombre incroyable de balsamaires retrouvé dans les tombes de l’Antiquité.

IMG_5754

Néanmoins, la France, de tradition chrétienne, après avoir été païenne, possède dans son patrimoine une culture du parfum à cheval entre la juive et la romaine.

Romaine, peut-être par cette ampoule détournée de sa fonction originelle d’onction du mort dans la tradition romaine, et aussi par le rôle joué par l’encens lors de la cérémonie du sacre. Dans la culture chrétienne des débuts, en effet, l’encens, associé aux offrandes que devaient faire les premiers chrétiens aux idoles pour renier leur dieu, fut par la suite boudé et relégué aux rites de l’enterrement. Une pratique qui semble avoir connu quelques exceptions, dont celle du sacre du roi.

La culture juive, elle remonte très logiquement aux origines du christianisme dont les racines judaïques imprègnent la culture du Nouveau Testament – qui ne peut exister sans l’Ancien. Au palais de Tau, à Reims, musée dédié à la tradition des sacres, la présence des parfums se révèle dans une tapisserie remontant au 16 ème siècle sur le thème de la perfection de la Vierge Marie.

La scène se passe dans un jardin enclos « hortus conclusus », qui est l’image même du Paradis depuis le récit de la chute d’Adam et Eve, et qui marqua tout l’imaginaire littéraire européen comme symbole de l’Age d’Or, et sur terre, de vie heureuse, de bonheur et de refuge des amants contre les menaces, la jalousie et les contingences extérieures.

En évoquant Marie, la tapisserie cite le Cantique des cantiques, poème d’amour où se concentre toute la culture parfumée de la judéité – et plus largement de toute l’Antiquité, car le commerce des parfums était assez mondialisé pour presque toucher à l’universel. Sur la tapisserie sont justement visibles et précisées les plantes odorantes ou servant à la confection des parfums : l’olivier pour l’huile, le cèdre – matière première à parfum présente très tôt dans l’Histoire – la rose, et le lys, symbole de pureté et la virginité de Marie. Immaculée dans sa couleur blanche, elle fut pourtant chez les Grecs un symbole aussi religieux qu’un peu obscène, puisqu’on dit que jalouse de la fleur d’Héra, Aphrodite décida de l’enlaidir d’un énorme pistil phallique.

En attendant le nouveau roi, l’ampoule est toujours conservée par l’archevêque de Reims, et la première question qu’on peut se poser est : « Est-ce que ça sent toujours le parfum qui baptisa Clovis ? »

Cet article et ces photos sont la propriété du site Le labo de Cléopâtre. Il est interdit de les reproduire sans l’autorisation de leur auteur.

 

Une réflexion sur “Parfums des rois de France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s